Menu

Le Bar Plan B : une belle option

Avec tous ces bars qui se dressent un peu partout dans le Plateau, on en arrive parfois à ne plus savoir où donner la tête. Quand l’idée de base n’est plus disponible, ça vous prend un Plan B.

C’est précisément l’invitation que vous lance David Lejeune au Bar Plan B, quitte à en devenir un habitué ! Dans les années 80 et 90, le 327 de l’avenue du Mont-Royal était connu comme étant Le Canular. Le chroniqueur se souvient fort bien y avoir terminé plusieurs soirées. En juin 2006, un groupe d’amis et investisseurs en font l’acquisition et transforment les lieux pour y ouvrir le Plan B qui, depuis, offre à sa clientèle une atmosphère propice pour les rencontres entre amis et collègues pour amorcer ou compléter les soirées. J’ai rencontré David Lejeune, le gérant de la place, un montréalais qui a passé l’essentiel de sa jeunesse dans le Plateau. Malgré ses études en Histoire, Gestion documentaire et ‘’Archivisation’’ et ce Bac décroché à l’UQAM en 2007, David n’a vraiment pas ressenti sa flamme intérieure briller pour un métier connexe à ce diplôme. Il était d’ailleurs serveur au Billy Kun de 1999 à 2006, ce qui indique mieux la route qu’il allait prendre.

 

En 2010, il entre donc au Plan B pour assumer la gérance du commerce et de la vingtaine d’employé(e)s qui font rouler l’endroit de 3h en après-midi jusqu’à 3h dans la nuit. Et l’enthousiasme initial est toujours présent. Le Bar Plan B connaît chaque jour deux périodes d’achalandage distinctes qui se fusionnent toutefois certains soirs : le 5 à 7 en finissant le boulot et, plus tard, les fins de soirées plus festives avec un DJ présent du jeudi au samedi.

 

Durant les saisons plus ‘’chaudes’’, une fort sympathique terrasse permet d’accueillir près de 75 personnes à l’arrière de l’établissement, avec une verdure enveloppante et le voisinage d’un petit parc pour éliminer les bruits motorisés. Dans la réalité, j’ai eu l’impression d’y percevoir deux bars distincts à la même adresse.

 

David Lejeune m’indique que la clientèle oscille entre 25 et 40 ans, comprenant les habitués-fidèles, les jeunes professionnels et les passants d’ici et d’ailleurs. Il faut également noter plusieurs employé(e)s des restos et bars du quartier qui viennent y fraterniser, ce qui me semble démontrer le côté accueillant de la place.

 

Pour satisfaire les gosiers de la clientèle, le Plan B offre bien sûr différentes bières locales et importées (une quinzaine) et pas moins de huit autres en fût et même un cidre à la pompe. Une attention particulière est désormais accordée aux vins (en bulles, blancs, rouges et rosés) en vous présentant plus d’une trentaine de choix.. Et David ne cache pas sa fierté pour les cocktails concoctés par les barmen du Plan B. On peut y ajouter une série d’amuse-gueules et tapas froids, notamment des olives marinées, des noix mélangées, quelques charcuteries, des fromages choisis et même ce Gravlax avec sa crème sûre.

 

D’ailleurs, pour vous donner un meilleur aperçu du Plan B, je vous suggère d’aller visiter le site www.barplanb.ca . De façon originale, vous arriverez dans un … aéroport, avec les indications pour vous diriger vers l’entrée, la sortie, les divers menus et même les … toilettes. J’ai particulièrement été surpris par une section qui m’a dirigé vers les liens d’autres commerces tels Billy Kun, Le Continental, O Patro Vys … en apprenant que certains propriétaires du groupe Plan B y ont également des parts.

 

Situé légèrement à l’ouest de la rue Saint-Denis, le Plan B s’inscrit fort bien dans la fébrilité de l’atmosphère très vivante de l’Avenue du Mont-Royal. David Lejeune et son équipe n’attendent que l’occasion de vous en faire la démonstration

En rafales

En musique, après mûre réflexion, David opte pour le disque High Violet du groupe The National.

Au cinéma, il ne peut oublier Reservoir Dogs de Tarantino.

Ses nerfs se raidissent avec une lumière trop vive.

Pleine relaxation en arpentant un terrain de golf.

Il avoue assez bien se débrouiller au premier but de son équipe de balle-molle.

Dans une autre vie, il se verrait bien … coach des Canadiens !

Ses coups de cœur sur l’Avenue vont à la Boucherie Champfleuri, au trip de Bouffe et, bien sûr, au bar Billy Kun.

Texte : Michel Danis - Photos : Joel-Pascal Wodicka/Michel Danis