Menu

Fruits du jour : les cadeaux de la nature

Situé au 1655 de l’avenue du Mont-Royal, la fruiterie-légumerie-épicerie Fruits du Jour présente quotidiennement aux voisins du Plateau une panoplie de produits frais qui colorent vivement les étals de cette place grouillante du matin au soir

Mais cette adresse est en fait la troisième que le groupe de Serge Nadon utilise sur l’Avenue depuis plus d’un quart de siècle. Je vous invite à suivre cette belle évolution … Dans les années 60, Serge Nadon a vécu son enfance dans le Mile-End, au sein d’une famille de 9 enfants, ce qui n’était pas exceptionnel à l’époque, me direz-vous. Ce qui m’a surpris par contre c’est qu’à peine âgé de 12 ans, le jeune Serge commençait à travailler à l’Épicerie Latina avec son copain Pasquale Viscoso. Tout en poursuivant son Secondaire, Serge Nadon apprenait ce métier de façon telle qu’à l’âge de 17 ans, il devenait gérant de l’épicerie. Le grand patron Giuseppe Sacripante (quel nom !) aimait bien ses jeunes travailleurs et leur promis même de les aider lorsqu’il vendit son commerce en 1983.

Quatre années plus tard, le Sacripante les rappelle et il place ses deux jeunes en selle avec un troisième comparse Donato Desiderato. Une première installation pour Fruits du Jour au 1032 de l’Avenue, qui sera suivie en 1995 d’un déménagement au 1011, toujours sur l’Avenue. Mais en 2002, le bail achève et le renouvellement ne leur convient pas. Alors les trois hommes foncent : ils font l’acquisition de l’immeuble situé au 1655 de l’Avenue et Fruits du Jour va poursuivre ce périple de voisinage avec les gens du quartier.

Deux grandes allées dans l’espace Fruits du Jour. Sur la droite en entrant, les couleurs abondent. Fruits et légumes remplissent les espaces dans un mélange impressionnant de couleurs. À défaut de vous en dresser la liste, j’ai particulièrement noté des salades diverses, les petits concombres libanais et, une première pour moi, ces petites carottes nantaises multicolores. La fraîcheur est de mise pour fidéliser la clientèle. C’est pourquoi Donato se rend six fois par semaine (aux petites heures du matin) au Marché Central pour y magasiner et négocier sur place avec les maraîchers ce qui garnira ses étals dans les jours qui suivent. À la suggestion de Serge Nadon, j’irai vivre cette expérience matinale un de ces quatre.

L’allée sur la gauche présente les produits de l’épicerie que je qualifierais de … fine. La liste est forcément variée et passe du café moulu aux pâtes, en passant par les yogourts, les fromages fins ou populaires, quelques cannages populaires, une belle variété de noix, les bagels ou les sacs de riz Basmati (hummm !) et, vous en conviendrez, je n’en ferez pas la liste complète. Mais j’ajoute quand même l’étal des sachets d’anette, d’anis, de gingembre, de clou de girofle, d’estragon, de marjolaine, de cumin, de genévrier et … OK … j’arrête.

Ouverture 7 jours/semaine. Fruits du Jour commence tôt le matin en semaine (7h) et de 9h à 19h les weekends. Les 3 associés (Donato, Pasquale et Serge) emploient 22 personnes dont certains ont pas moins de quinze années d’ancienneté. Serge Nadon y voit une gestion de personnel quasi ‘’familiale’’. Mon bref séjour dans l’espace m’a permis de remarquer que les gens semblent se connaître. Une certaine désinvolture fort sympathique que l’on reconnaît dans les commerces de quartier. Il me faut aussi mentionner ce Pasquale qui, malgré une semi-retraite, continue à côtoyer le groupe régulièrement pour le faire profiter de sa vaste expérience dans le domaine.

Serge Nadon m’a aussi mentionné l’importance accordée aux produits locaux sur les étalages. À qualité égale, compte tenu de la disponibilité, les produits d’ici ont préséance et la clientèle apprécie et l’exprime. Les gens sont informés sur le Plateau et ils ont le souci d’ici !

Concernant la compétition, Serge Nadon y voit les effets positifs. Les gens comparent et il ne faut pas en être effrayé. Il y voit plutôt un incitatif à performer pour la qualité. Le Plateau est un des quartiers les plus densément peuplé en Amérique du Nord. Ya du monde en masse, ajoute-t-il. Alors les marchands en alimentation n’ont qu’à répondre correctement à cette demande de la qualité.


En rafales …


  • Au cinéma, la Vie est Belle de Roberto Benigni l’a charmé.
  • En musique, aucune hésitation : Bruce Springsteen
  • ! L’injustice prise dans son sens large lui grafigne les nerfs.
  • Il relaxe pleinement avec son petit-fils Brady.
  • Sportivement, il se débrouillait bien au baseball. Le golf l’amuse aujourd’hui.
  • Dans une autre vie, il se verrait politicien (sans blague !).
  • Son coup de cœur su l’Avenue se veut … le Boucanier et son fumoir.


Texte : Michel Danis